En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour assurer le bon fonctionnement de nos services.
En savoir plus

Le collège

Historique de l'établissement

Publié le jeudi 21 octobre 2010 14:02 - Mis à jour le jeudi 15 mai 2014 11:18

 

Un riche passé

 

Le caractère exceptionnel du Collège Gambetta est lié à sa longue histoire, car ce lieu perpétue une tradition d’enseignement depuis plus de 500 ans, mais aussi au prestige d’anciens élèves devenus des personnages remarquables de  l’histoire locale et nationale : le poète Oliver de Magny  au XVIème siècle, le juriste Cujas, Fénelon, archevêque de Cambrai, précepteur des enfants de France, les  généraux et maréchaux d’empire, notamment Joachim Murat,  Jean Jacques Chapou, héros de la Résistance pour n’en citer  que quelques uns parmi  les plus connus dans la mémoire du collège.

Mais le plus illustre d’entre eux a donné son nom au Lycée d’alors, Léon Gambetta  ( 1838-1882) par décret du Président Carnot en 1888.

 

 

 Les grandes évolutions dans l’histoire du collège :

 

·        Au Moyen-Age, le collège Saint Michel, en lien avec l’Université de Cahors, puis le collège du Quercy. A cette époque le collège est l’endroit où vivent les étudiants tandis que les cours sont dispensés en ville dans des maisons particulières ou à l’Université fondée en 1331 par le pape Jean XXII, né à Cahors. Le collège Pellegry et le collège de Rodez ont la même fonction que le collège Saint Michel. Pendant la Renaissance il devient collège du Quercy ; les guerres de religion et le siège de Cahors  par Henri de Navarre ( 1580) aggravent son déclin.

·        Du XVIIème au XVIIIème  siècle  le collège des Jésuites (1604-1762) : de cette époque datent les parties du collège les plus remarquables. En 1604, Henri IV confie le collège aux Jésuites qui modifient le site et reconstruisent les bâtiments autour de la chapelle Saint Michel des Pauvres. La tour clocher fut construite en 1676 par l’architecte Antoine Chassagnard. De cette époque subsistent notamment la «  salle des déclamations » dont le plafond peint est une œuvre remarquable, la « salle des Actes », et les très belles peintures restaurées en 1980 de la chapelle  consacrée à Saint Joseph dans la chapelle Saint Michel.

·        Le collège royal (1765-1795) puis l’Ecole Centrale du Lot (1796-1803)

·        Le lycée impérial (1804-1814), puis Lycée qui prend le nom de Gambetta en 1888. Le cabinet de physique renferme des objets anciens et rares, relevant de l’ancien collège des Jésuites à la fin du XVIIIème siècle, puis des enseignements scolaires du XIXème siècle.

·        A la fin du XIXème siècle le remaniement de l’architecte Rodolosse contribue à la disparition définitive du couvent des Cordeliers dont les locaux avaient été attribués au Lycée à la Révolution  et dont l’existence est attestée à Cahors dès le  XIIIème siècle. De ce couvent subsistent des tableaux et plaques funéraires transférés à la chapelle des Jésuites lors de la démolition,  et surtout le magnifique portail en bois sculpté du XVIIème siècle qui marquait  l’entrée du cloître et a été placé à l’entrée de la chapelle Saint Michel, devant l’enclos des Cordeliers, qui est un des Jardins Secrets de la Ville de Cahors.

·        Pendant les deux conflits mondiaux, le Lycée a payé un lourd tribut, les deux monuments aux morts du Collège en témoignent: une partie fut transformée en hôpital militaire en 1914 et le Lycée en 1944 vit s’installler juste en face, rue Wilson, la Kommandantur, alors même que nombre de ses élèves, de ses agents et enseignants participaient activement à la Résistance. Il fut occupé et réquisitionné par les Allemands. Plusieurs élèves et enseignants furent faits prisonniers, certains déportés, fusillés ou tués comme le plus connu d’entre eux, Jean Jacques Chapou qui avait fédéré l’action des maquis du Lot et de Corrèze et tomba dans une embuscade.

·        En 1974 le lycée devient collège à la suite de la réorganisation de l’enseignement scolaire et retrouve ainsi , dans son intitulé et de façon inattendue, l’appellation de ses origines.

 

Les travaux entrepris par le Département ont permis la restructuration des locaux d’enseignement et la réhabilitation du  patrimoine exceptionnel  que constituent les bâtiments de l’ancien collège des Jésuites.

L'apport contemporain de l'architecture du nouveau service de restauration s'inscrit harmonieusement dans l'ensemble des bâtiments construits au XIXème siècle sur l'ancien couvent des Cordeliers, dont des vestiges archéologiques ont été mis au jour fin 2012.

 

Ainsi la réhabilitation des bâtiments du Collège Gambetta s’inscrit dans le respect de son riche passé et de la nécessaire modernité d’un établissement d’enseignement.